La semaine dernière j’ai fait un truc dingue: sécher une après-midi de boulot pour avoir une chance de rencontrer ma muse ultime, mon auteure culte, ma très chère Patti Smith. L’expérience fut rocambolesque, forte en émotion et couronnée de succès… 🙂

J’ai beau être très exaltée comme fille, je n’ai vraiment rien d’une groupie et quelque soit l’admiration que je leur porte, je ne vois que très peu d’auteurs pour qui j’aurais bravé mon aversion pour ce genre d’évènements. Des heures de queue, des bousculades, pour in fine se sentir totalement stupide face à l’artiste adoré(e).

Sauf que Patti Smith c’est ma mère spirituelle, une artiste dont le parcours, les écrits, mais aussi l’attitude, guident mes pas et me donnent du courage dans une époque où la culture et ceux qui en vivent sont mis à mal… ^^

pattismith4

Patti-addict

Quand j’ai appris que la grande prêtresse du rock et de la poésie dédicacerait son ouvrage M Train, à la librairie Gallimard, je suis passée en mode pilotage automatique: je devais y être, point.

M Train, je l’avais lu l’année dernière, et comme tous les écrits de Patti Smith il m’avait frappée en plein coeur. Elle y dévoile son rapport à l’écriture et à l’inspiration, ses voyages sur les traces d’artistes qui l’ont elle-même marquée, et sa relation avec quelques  uns de ses proches, dont son défunt mari, Fred Sonic Smith. On y découvre le café où elle avait l’habitude d’écrire et ses objets fétiches, ses rituels créatifs, mais aussi ses gouts en matière de séries télévisées. Un pur bonheur!

C’est ainsi que mercredi dernier, en tandem avec une brillante consoeur et bien belle personne, j’ai passé des heures sur un trottoir du boulevard Raspail, à stresser comme une malade car nous savions via les organisateurs de l’évènement que seuls 150 personnes pourraient rencontrer leur idole.

pattismith2

Golden tickets

Quand nous avons obtenu le tant convoité sésame, loin de m’apaiser je suis devenue fébrile. Pas si simple de se présenter devant son idole sans bafouiller/trembler/pleurer, que sais-je encore. Résultat des courses, j’ai bafouillé/tremblé (un peu) mais je lui ai offert le poème que j’avais écrit pour elle (genre). En rentrant chez moi, j’ai pleuré (beaucoup), heureuse et regonflée à bloc. Il s’émane de cette lumineuse artiste une sérénité incroyable, une bienveillance et une humilité qui rendent heureux/se, tout simplement. 🙂

pattismith3

L’exemplaire qui valait trois milliards

Une case de plus de cochée sur ma liste des « trucs dingues à accomplir avant de crever »… H.A.P.P.Y.!!!! 😉

Copyright©Nathalie Lenoir 2016