writing cat

Ca faisait longtemps que je n’avais pas donné des news de mes co-scénaristes poilus, tiens. Il faut dire que ces dernières semaines, ils sont soumis à rude épreuve… 

En ce moment les gros deadline fleurissent et je suis, comment dire? Au bord du pétage de plombs légèrement stressée sur les bords, même si c’est pour de très bonnes causes. 😉

writing cat 2

Dharma, the zen master

J’ai souvent coutume de traiter mes trois chats de sales bêtes et d’empêcheurs de bosser en rond, art dans lequel ils excellent, je voudrais aujourd’hui rendre hommage à leur indéfectible soutien. Pourquoi les auteurs professionnels ont-ils tous, ou presque un félidé qui traine dans leur bureau? Parce que le chat est un formidable anti-stress!

writing cat 3

Kick-Ass, the meditation coach

C’est incroyable, quand même, que ces mêmes chats qui me réveillent dix fois par nuit en dormant sur ma tête, qui ont ruiné en quelques semaines mon canapé en cuir tout neuf, qui fauchent mes chaussettes sur l’étendoir, mes crayons sur mon bureau, font de la varappe dans mes bibliothèques, bouffent mes fleurs quand on m’en offre et qui boivent du thé dans ma tasse, s’avèrent en définitive les meilleurs compagnons d’infortune quand je dois rendre trente pages de synopsis pour hier, la V75 d’une bible pour la semaine dernière, j’en passe et des meilleures.

writing cat 4

Buffy, the stress slayer

Quand je suis vraiment au bout du rouleau, à cours de patience et de M&M’s, je peux toujours compter sur ces trois-là pour me faire un câlin anti-stress et m’adresser un clin d’oeil qui me dit toute leur confiance dans mes capacités à botter le cul du gros vilain deadline, finger in ze nose. Oui, ils sont capables d’être sages le temps que j’escalade la montagne, et je leur en suis tellement reconnaissante. Bien entendu, ils redeviennent insupportables et dévastateurs dès le jour d’après, faut pas trop en demander non plus… 😉

Copyright©Nathalie Lenoir 2016