Cet été, entre deux déballages de cartons, quarante séances de cinéma et l’écriture de mon film, je me suis concocté un programme de remise en forme créative que s’est avéré fort efficace. Première étape: rédiger son autobiographie créative.

Rien de tel pour améliorer sa routine d’écriture que de la chambouler et remettre en cause de temps à autres. Je vous avais déjà parlé de ma grande révélation métaphysique au moment de mettre une dizaine d’années d’écriture dans des cartons et bien figurez-vous que cet acte en apparence anodin a déclenché une vraie révolution créative. En revisitant mes écrits passés, puis en faisant le bilan de mes textes en cours, j’ai ressenti le besoin de me reconnecter avec l’impulsion première qui m’a amenée à exercer la profession d’auteure.

Pas de panique, hein, je ne suis pas rentrée dans une secte, je me suis simplement souvenue d’une de mes lectures récentes, The Creative Habit, de Twyla Tharp. 😉

Parmi tous les judicieux conseils et exercices d’écriture compilés dans ce précieux ouvrage, il était notamment question de rédiger son autobiographie créative, à savoir répondre avec sincérité (et un maximum de détails) à un questionnaire que voici:

  1. Quel est le tout premier moment créatif dont vous vous souvenez ?
  2. Y avait-il quelqu’un pour y assister ou l’apprécier ?
  3. Quelle est la meilleure idée que vous ayez jamais eue ?
  4. Qu’est-ce qui la rendait géniale à vos yeux ?
  5. Quelle est l’idée la plus sotte que vous ayez eue ?
  6. En quoi était-elle stupide ?
  7. Pouvez-vous connecter les points qui vous ont mené(e) à cette idée ?
  8. Quelle est votre ambition créative ?
  9. Quels sont les obstacles à cette ambition ?
  10. Quelles sont les étapes vitales pour accomplir cette ambition?
  11. Comment débutez-vous vos journées ?
  12. Quelles sont vos habitudes ? Quels schémas reproduisez-vous ?
  13. Décrivez votre première réussite créative.
  14. Décrivez votre seconde réussite créative.
  15. Comparez-les.
  16. Quelle est votre attitude vis à vis de : l’argent, le pouvoir, les louanges, les rivalités, le travail, le jeu ?
  17. Quels artistes admirez-vous le plus ?
  18. Pourquoi sont-ils des modèles pour vous ?
  19. Qu’avez-vous en commun avec ces modèles ?
  20. Est-ce qu’une personne de votre entourage vous inspire régulièrement ?
  21. Qui est votre muse ?
  22. Définissez ce que vous entendez par « muse ».
  23. Lorsque vous êtes confronté(e) avec une intelligence ou un talent supérieurs, comment réagissez-vous ?
  24. Lorsque vous êtes confronté(e) avec la stupidité, l’hostilité, l’intransigeance, la paresse ou l’indifférence aux autres, comment réagissez-vous ?
  25. Lorsque vous êtes confronté(e) avec un succès imminent ou la menace de l’échec, comment réagissez-vous ?
  26. Lorsque vous travaillez, appréciez vous surtout le processus ou le résultat ?
  27. A quels moments avez-vous la sensation d’atteindre les limites de votre compréhension ?
  28. Quelle serait votre activité créative idéale ?
  29. Quelle est votre plus grande peur ?
  30. Quelle est la probabilité que la réponse à l’une de deux questions précédentes se produise ?
  31. Laquelle de vos réponses aimeriez-vous le plus pouvoir changer ?
  32. Quelle est votre vision de la maitrise ?
  33. Quel est votre plus grand rêve ?

Résultat des courses: quinze pages manuscrites que je garderai confidentielles puisqu’elles sont très intimes, qui m’ont fait l’effet d’une grande claque. D’une part, elles m’ont confirmé pas mal de choses que je savais déjà, mais elles m’ont aussi permis de réaliser les raisons de certaines frustrations et petits blocages créatifs. Du coup j’aborde la rentrée avec un appétit d’écrire et une confiance décuplés. 🙂

Copyright©Nathalie Lenoir 2015

Follow Nathalie_Lenoir on Twitter