Et dans la série « ma vie-mon oeuvre », je voudrais aujourd’hui vous faire part d’une réflexion métaphysique au sujet de mes conditions de travail, qui sont actuellement excellentes, sauf qu’en tant que scénariste, ben… j’ai l’impression d’avoir basculé dans une dimension parallèle! 😉

Depuis cet été, il m’arrive un truc dingue, chers lecteurs: parmi mes engagements en cours, figurez-vous que l’un d’entre eux se déroule… normalement!

Concrètement, j’écris, seule, un long-métrage, initié par bibi (ce qui relève déjà en soi du miracle) pour un producteur qui se comporte en gentlemen, pensez donc! Je suis payée en jour et en heure (et pas en cacahuètes, sourires ou promesses, hein, avec de vrais sous), à chaque étape du step-deal, j’ai des retours rapides, argumentés et spontanés sur chaque version du texte, je suis tenue informée de l’avancement de la pré-prod du film sans avoir à quémander, je reçois même de gentils coups de fil, entre deux rendus, juste pour prendre des news et me souhaiter une bonne écriture, c’est pour vous dire! Ca fait un choc, après treize années de carrière. J’étais préparée à tout, sauf à ça!;-)

Oui, ça fait treize ans que j’exerce cette profession et c’est la première fois que je ne dois pas appeler mon agent pour l’informer que telle prod (qu’elle doit ensuite asticoter) n’a toujours pas a. payé la dernière échéance (plusieurs jours, voire semaines après remise du texte) b. oublié de me dire si le texte lui convient c. oublié de m’informer si le projet est toujours d’actualité ou pas (non parce que c’est pas plus mal de savoir, tant qu’à faire)…

Si j’étais candide, j’en déduirais hâtivement que cette spectaculaire amélioration de mes conditions de travail est signe que ma cote grimpe, avec le respect que cela impose. Sauf qu’au bout de treize ans, la candeur, comment dire? J’ai juste eu énormément de chance sur ce coup-là, point. ^^

Comme je l’expliquais à mon agent, à qui ce producteur-gentleman fait économiser bien du temps et de l’énergie, c’est presque fâcheux, cette affaire, parce que pour un peu, je m’habituerais à ces égards. Comme je l’expliquais à mon banquier, il ne faut SURTOUT pas que lui s’y habitue, en revanche, parce qu’il risquerait d’être sacrément déçu à moyen terme. 😉

Comment ça? Ces conditions de travail devraient être absolument normales? Elles sont d’ailleurs définies dans le contrat? Pourquoi, alors, tous mes potes scénaristes-réals pensent-ils, quand je leur raconte cette collaboration, que je suis a. tombée sur la tête ou b. une grosse mytho?

Copyright©Nathalie Lenoir 2016