Certains sujets ont besoin d’infuser plus longtemps que d’autres. Certaines thématiques sont trop intimes pour être abordées en toute insouciance, surtout quand elles touchent à un fond sociétal. Mais aujourd’hui, je me lance.

Je me suis enfin décidée à aborder l’épineuse question des enfants abandonnés/placés dans un de mes films. En voyant récemment les bouleversants (et révoltants) documentaires « Itinéraire d’un enfant placé » de Ketty Rios Palma sur Arte, et « M’aime pas mal » de Richard Bois & Jean Charruyer (film qui date de 2004), j’ai réalisé à quel point rien n’a finalement changé depuis ma propre enfance. Soit ces enfants ont la « chance » d’être confiés à l’adoption, soit ils seront ballottés jusqu’à leur majorité, au nom d’un « lien filial », souvent toxique, et livrés à eux-mêmes le jour de leurs 18 ans.

J’attaque une période de documentation intensive qui ne file pas vraiment le sourire mais j’ai le sentiment que cette question de « l’après » doit elle aussi être traitée, et sous forme de fiction. Je n’avais pas ressenti une telle urgence créative depuis l’écriture de mon diptyque « Quelqu’un qui m’aimera toujours » / « Le Têtard ». En route pour une longue aventure…

Copyright©Nathalie Lenoir 2019