Aubagne J-7. Immersion dans les principales influences filmiques de mon « Têtard ». Décryptage, découpage, bande-son, adrénaline…

Parmi les nombreuses influences filmiques de mon court-métrage:

Lords of dogtown, le biopic que Catherine Hardwicke a dédié aux mythiques Z Boys. Il est beaucoup question de la culture skate dans mon film, comme vous pourrez le constater dans la suite de la liste…

Elephant de Gus Van Sant, plus en terme de mise en scène que de thématique abordée. J’aime la façon dont il place le spectateur en position de voyeur bienveillant, de témoin d’un drame annoncé.

Diabolo Menthe de Diane Kurys. Même si le film est très ancré dans son époque, rarement un(e) cinéaste a posé un regard aussi juste sur l’adolescence féminine.

Palo Alto de Gia Coppola, un film finement adapté d’un recueil de nouvelles éponyme de James Franco. Grosse influence esthétique, notamment en matière de palette chromatique, et de cadrage.

Paranoid Park de Gus Van Sant. Adapté du roman éponyme de Blake Nelson, un film très juste et intemporel sur l’univers du skate, à des années lumières du cliché branchouille. Grosse influence en terme de mise en scène, mais aussi de BO.

Bang Gang d’Eva Husson, film d’une grande sensualité, et pas seulement parce qu’il traite de la sexualité des adolescents. J’aime beaucoup la manière dont il surfe entre modernité et intemporel, et dont il s’implante dans un décor, à la fois esthétique et social.

Restless de… Gus Van Sant. Ce n’est pas pour rien que c’est mon mentor number one. 😉

Fish Tank d’Andrea Arnold, mon influence principale. Je vous l’ai déjà expliqué mille fois, je souhaite mêler dans mes films le frontal et l’intime, le social et le sensible, et susciter des questionnements, sans pour autant juger mes personnages…

Copyright©Nathalie Lenoir 2019