Mon année cinéma 2018

Je n’ai aucune prétention d’avoir un goût universel, ni de pouvoir graver dans la pierre quels sont les meilleurs ou les pires films de l’année, loin s’en faut. Mais, comme chaque année, je voudrais partager avec vous mes gros coups de cœur, quelques jolies surprises… et grosses déceptions de 2018.

Read More

Filmmaking

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Badlands


Aujourd’hui j’ai vu pour la première fois sur grand écran mon film favori, celui que je choisirais s’il ne devait en rester qu’un. Merci MK2 de le ressortir en salle! <3

Premier film de Terrence Malick, « Badlands » n’est pas très connu, il a pourtant influencé maints cinéastes, de Tarantino à Sofia Coppola, en passant par Oliver Stone. Une histoire d’amour sulfureuse, un récit dont la noirceur et le cynisme contrastent avec la beauté des paysages. La vision prophétique d’une Amérique sur le point de se casser la gueule, entrant dans l’ère de la télé-réalité. On y retrouve le lyrisme dont Malick a fait sa marque de fabrique mais avec une épure, une subtilité, qu’il a hélas perdues en vieillissant.

Copyright©Nathalie Lenoir 2018

Mes top & flops cinéma 2017

Je n’ai aucune prétention d’avoir un goût universel, ni de pouvoir graver dans la pierre quels sont les meilleurs ou les pires films de l’année, loin s’en faut. Mais puisqu’un blog sert avant toute chose à partager, je voudrais revenir sur mes gros coups de cœur, quelques jolies surprises… et grosses déceptions de 2017.

Read More

Filmmaking

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,