You searched for "roman". Here are the results:

Mon roman, deux ans plus tard

Il y a deux ans, lasse d’avoir au téléphone des éditeurs qui trouvaient le texte « très beau, mais à cheval sur deux cases », et me demandaient, en conséquence, d’en choisir une, je me lançais, sur un coup de tête, dans l’aventure en freestyle. J’ai rarement été aussi heureuse et fière d’une ligne de CV que celle-là…

Read More

La chronique de mon roman qui fait plaisir!

Si j’ai contacté plusieurs blogueurs littéraires au moment de la publication de mon roman, et récolté quelques chouettes chroniques, j’ai lâché l’affaire depuis, par manque de temps. Quel plaisir, du coup, d’en découvrir une nouvelle, d’autant qu’elle est spontanée et que la blogueuse en question semble apprécier La couleur de l’ombre pour son ADN particulier. 🙂

Read More

Roman

En vente chez Amazon en version papier ou au format Kindle.

Synopsis: Septembre 1989. Mathilda fait son entrée en cinquième. Handicapée par un bras cassé et son absence de poitrine, elle désespère d’échapper à la caste des « ni cools ni nazes ». Comme tous les élèves, mâles et femelles, du collège Arthur Rimbaud, elle est obsédée par Rose Hamilton, quinze ans, la fille la plus populaire de l’établissement. Elle va accéder à son idole par le biais de Libby, sa sœur cadette, une gamine surdouée, fantasque, et gravement malade. Celle que tout le monde traite en fille invisible.

Leur amitié insolite, et l’espionnage intensif de Rose, ouvrent à Mathilda les portes d’un monde exaltant, jusqu’à ce qu’un drame bouleverse le destin des trois adolescentes…

 

Un roman d’apprentissage doux-amer sur les affres de l’adolescence, sur fond de musique rock.

Dossier de presse

Au bazaar des livres, blog littéraire: La couleur de l’ombre est un livre sur l’adolescence et ses difficultés. Tellement de changements s’opèrent à cet âge-là qu’on comprend parfaitement le chamboulement que ça représente pour Mathilda. Ce livre vous rappellera sûrement des souvenirs. C’est un livre fort sur l’amitié également. Après avoir refermé ce livre, la première question qui me vient en tête, c’est : mieux vaut-il vivre avec des regrets ou des remords ? Et puis la deuxième réflexion, c’est aussi qu’on ne profite pas suffisamment des gens quand ils sont là, on ne les apprécie pas toujours à leur juste valeur. Personnellement, j’ai beaucoup aimé cette lecture. Et je ne peux donc que vous recommandez de vous y plonger à votre tour.

La Dorit qui lit, blog littéraire: Nathalie Lenoir à travers son livre met parfaitement en avant les relations entre adolescents. Les amitiés qui se créent, se nouent avec les raisons qui leur sont propres. Elle met aussi en avant la difficulté de chacun à trouver sa place au collège parmi les autres, l’importance qu’ils prêtent aussi à avoir la bonne attitude ou justement la bonne amitié. Son écriture douce et sensible offre un récit réussi et quelque peu poignant.

Astiera, journaliste : La grande force de ce roman est de lier humour et drame, éclats de rire et tristesse, bref, d’offrir un bouquet d’émotions.

Robin Barataud, scénariste : C’est parmi les nombreuses qualités du livre la plus impressionnante : faire, le temps d’un roman, d’un homme de presque 50 ans une adolescente. Par la justesse de son livre, Nathalie Lenoir nous emmène au plus profond des états d’âme de Mathilda.

Mathieu Rigot, réalisateur : With « La Couleur de l’Ombre » Nathalie Lenoir immerses you with a simple and very touching way in the difficult period of adolescence with the beautiful moments and the saddest.

Dominique Baron, auteur-réalisateur : Un roman moderne et extra-lucide écrit par une scénariste et cinéaste très talentueuse qui, malgré sa jeunesse, a déjà vécu plusieurs vies à travers son métier et son sens de la nouvelle génération qui s’appuie sur le meilleur des précédentes…

Actus

Mon court-métrage Le têtard, produit par Les films Norfolk, débute sa carrière en festivals avec des sélections officielles à Off-Courts Trouville, au Festival de Cinéma Jean Carmet et au festival International du Film Francophone de Namur. Un film lauréat de la bourse Beaumarchais/SACD, de la Bourse dédiée à la composition de la musique originale du Festival d’Aubagne 2019, avec le soutien de la région Pays de la Loire, de l’Adami, la Sacem et de la PROCIREP-ANGOA. Avec Louise Labèque, Emilie Incerti Formentini, Alain Bouzigues, Isaac Meignen, Robin Wendling… Durée: 20 minutes.

Mon court-métrage La reine lézard, produit par Mustang productions, poursuit son tour du monde. Lauréat du Best Short Film Award au Barcelona Fiction Film Festival, du Best Producer Award aux New-York Indie Shorts, du Best Romantic Film Award au FFFP Argentina, du Best Script Award et du Best Fantasy Poetry Film Award au Barcelona Best Film Festival Barcelona, le film est sélectionné pour les demies-finales du Festival del Cinema di Cefalu et du Flickers Rhodes Island Film Festival, et en lice pour les Indie Short Awards Cannes.

C’est Louise Labèque, que j’ai déjà dirigée dans Le têtard, qui incarnera l’héroïne de mon long-métrage Quelqu’un qui m’aimera toujours, produit par Mustang productions. Le scénario a fait partie des Coups de Coeur des Lecteurs Anonymes 2018. Le tournage est prévu de février à avril 2022

© Céline Nieszawer