Podcastée, volume 4

Hadrien Krasker et Mathieu Bouckenhove ont soufflé les deux bougies de leur génial podcast Y’a plus de papier en public. J’étais conviée à l’enregistrement, en compagnie de Claire Barré, Yves Lavandier, Jean-Marie Roth et Yacine Badday. J’espère que vous aurez autant de plaisir à écouter cette édition spéciale que nous avons eu à y participer.

Read More

Au micro d’Hadrien & Mathieu

Hadrien Krasker et Mathieu Bouckenhove ont décidé de souffler les deux bougies de leur génial podcast Y’a plus de papier en public. Il m’ont fait le grand honneur de me convier devant leur micro pour la quatrième fois, et en très prestigieuse compagnie, à savoir Claire Barré, Yves Lavandier, Jean-Marie Roth et Yacine Badday. Voici un extrait vidéo…

Le génial podcast d’Hadrien & Mathieu fête déjà ses deux années d’existence. Si vous ne le connaissez pas encore, je ne saurais que trop vous le recommander! Chaque 1er du mois, ils y abordent, en compagnie de professionnels du cinéma/audiovisuel, diverses thématiques liées au métier de scénariste, en France. Le ton est chaleureux, et souvent drôle, dans un esprit de transmission et partage d’expérience. Il s’adresse à tous les auteurs, débutants comme pros, et aux cinéphiles.

En attendant la diffusion du podcast, le 1er avril, voici un bref preview:

L’enregistrement a été un pur plaisir, comme d’habitude. L’after s’est avéré tout aussi chaleureux et s’est transformé en séance impromptue de dédicace de mon roman, c’était très émouvant. Quant à l’after-after, je ne vous en dirai rien. 😉

Rendez-vous, donc, le 1er avril sur le site du podcast, sur Apple Podcasts ou Androïd. Et d’ici là, je vous invite à (re)découvrir les précédents épisodes.

Copyright©Nathalie Lenoir 2018

Wim Wenders, la photo & moi

Attention pépite! La chaine vidéo Nowness a invité dans sa série Photographers in Focus le grand Wim Wenders. Il y explique son besoin obsessionnel de capturer des moments sous forme de photographies et je dois avouer que ça me parle complètement. 😉

 

Tous les cinéastes, quel que soit leur degré de rayonnement/accomplissement sont confrontés à la même douloureuse problématique: faire un film prend du temps. Enormément de temps. Des années. Je ne parle même pas d’écriture, ni de pré-production, mais de ce qu’on pourrait qualifier de bureaucratie. En France c’est particulièrement insupportable: avant même l’épineuse phase du montage financier, la moindre lecture de texte peut prendre des mois à nos décideurs, alors quand il s’agit de prendre une décision, justement… 😉

Je suis venue à la réalisation par passion viscérale du cinéma bien entendu, et parce que j’étais à la fois ancienne actrice, auteure et photographe. Le cheminement était logique. Mais au jour le jour, c’est bien la photographie qui me maintient à flots, mentalement parlant si j’ose dire. J’ai besoin de l’immédiateté de cette forme de création, qui ouvre cependant un vaste champ des possibles. C’est une respiration essentielle, organique, là où l’écriture oblige un effort, même s’il peut s’avérer très agréable.

Les clichés de Wim Wenders dévoilés dans cette vidéo sont bouleversants! Ses mots aussi. Son rapport au Polaroïd, je l’entretiens avec mon iPhone. J’ai besoin d’avoir un appareil photo, un tant soit peu performant, constamment sur moi. J’aime beaucoup Instagram, que j’utilise comme un journal de bord créatif, mais je suis loin d’y poster toutes mes photos. Je mitraille du lever au coucher, ça touche à la névrose. Et ça amuse beaucoup (et agace parfois) mon entourage. ^^

La photographie, quand elle est immédiate, nous connecte à nos émotions, à des moments de grâce, de joie, de colère ou autre dont on peut capturer le souvenir. Quand on écrit et filme, c’est aussi une façon un peu magique de donner naissance à des projets.

Je n’ai évidemment pas, et n’aurai jamais, la carrière de Wim Wenders mais je suis extrêmement touchée de constater que nos cervelles fonctionnent un poil de la même manière… 🙂

Et en parlant de Wim Wenders, il sera à la Cinémathèque au mois de mars. Moi aussi, du coup. 🙂

Copyright©Nathalie Lenoir 2018

Missing Harris Savides

Je suis venue à la réalisation par le biais de l’écriture bien entendu, mais aussi, et peut-être surtout, par celui de la photographie. Et s’il est un chef opérateur dont le travail m’a influencée, c’est bien le regretté Harris Savides, en compagnie duquel je vous propose de passer quelques minutes inspirantes…

Source image: Indiewire

Dans l’interview qui suit, Harris Savides nous livre sa vision, pleine d’humilité et de sagesse, de ce qui fait la beauté d’une image de cinéma:

Petits hommages au travail de ce génial directeur de la photographie, qui a notamment oeuvré pour Gus Van Sant, David Fincher, Ridley Scott, James Gray, Woody Allen, Sofia Coppola, Noah Baumbach…


Copyright©Nathalie Lenoir 2017